Archive pour décembre 2008

BONNE ANNEE

Mercredi 31 décembre 2008

Je vous souhaite une excellente année 2009. Terminons 2008 et commençons 2009 par un petit haiku (poème court japonais)

Au gui l’an neuf, yogi lent neuf, oh Guy l’an neuf.

9 est un ballon qui s’envole…

 

Nous irons tous et toutes au bûcher…(des Coachs)

Mardi 16 décembre 2008

Si j’en crois les écrits récents du directeur de recherches au Centre de Communication Avancée International, Robert Ebguy,  auteur de « Je hais le développement personnel »  paru chez Eyrolles, tous les coachs seraient des démons plus ou moins promis au bûcher de l’excès des vanités personnelles. Coachs de tout poil, vous êtes -et moi avec- voués aux gémonies par ce sociologue (assez malin pour avoir trouvé dans notre fonction une sorte d’objet « socio-stylique », cf Bernard Cathelat auque j’ai cru comme fer dans les années 75) qui assure son bon public bo-bo qu’il faudrait brûler les coachs même s’il y met un point d’interrogation de réserve.

Vous en avez lu sans doute, comme moi, des échos dans la revue du TGV entre Paris et Marseille. Je suis allé un peu plus loin car j’ai payé le droit de lire Epguy pour 14,90 euros attiré sans doute par un signal sub-liminal accrocheur (Hep! Guy!).  D’ailleurs j’ai acheté dans la foulée pour 9 € « Les managers de l’âme » de Valérie Brunel, psychosociologue à La Découverte et « Extension du domaine de la manipulation de l’entreprise à la vie privée » chez Grasset de Michel Marzano, philosophe, chargée de recherches au CNRS pour 18,50 € et avec ces deux derniers livres j’en ai eu vraiment pour mon argent.

Ces ouvrages (qu’il ne faut surtout pas mettre dans le même cabas) font le constat que l’on serait passé d’un modèle paternaliste à un modèle ou paradigme (c’est mieux!) individualiste « selon lequel personne ne peut mieux que l’individu lui-même déterminer sa conception du Bien, et donc ce qu’il veut ou ne veut pas faire  » (Marzano). Ce besoin s’exprimerait par une volonté d’authenticité, de volontarisme et d’autonomie. Partant de ce constat, R. Ebguy et M. Marzano dénoncent les pratiques du coaching qui « reprogramment les cerveaux » reformattent les attitudes et comportements pour complier à une conformité dictée par l’entreprise , la société, les uns et les autres, sans respect (selon eux) pour la valeur intrinsèque de l’individu.

Ainsi les personnes ou les groupes qui souhaitent progresser et gagner leur place sont présentés comme des gogos manipulés qui subissent les conseils des coachs voire en deviennent les victimes consentantes. L’objectif avoué des coachs est de coller ou de faire coller à l’idéal-type du manager, de la mère de famille exemplaire etc.

Le coaching présenté comme une effraction n’aurait que des effets délétères développant même une certaine addiction!  Aider à développer sa valeur personnelle devient une sorte de péché, un peu comme ces sorciers du Moyen Age qui pactisaient avec le diable et que l’on brûlait en place de Grève et, ici et maintenant, sur pavé germano-pratin.

En fait l’attaque est plus vicieuse: les coachs sont accusés d’asservir l’individu à et par leurs pratiques au lieu de le libérer…. Et nos auteurs de brandir la menace de la dérive sectaire pour mieux stigmatiser.

Question. Mais que vend R. Ebguy? De quel bois se chauffe-t-il?  Allons voir, sans perdre la boussole, sur le site du CCA www.lecca.com

En gros, le CCA est une société qui vend des études qualitatives spécifiques (?) en organisant des focus groupes de consommateurs afin que les messages des produits ou des services promus par les firmes atteignent leur cible, en fonction des critères socio-démographiques, d’usage et de consommation et psychosociologiques. C’est à dire que ces gens sont des spécialistes du projectif et du comportemental, pour mieux faire acheter… rassurez-moi, rien de manipulatoire au niveau de l’individu ou des groupes (je me prends la tête de gondole!).

Apôtre de la créativité et de la création, R. Ebguy énonce que l’individu doit s’inventer lui-même et qu’il n’a besoin de personne et surtout pas du regard des autres. Exister par soi-même, apprendre à être…seul au milieu des autres, sociologie oblige. Beau programme de …développement personnel.

Sans l’aide de personne… comme c’est étrange. Ainsi, cette démarche de profilage et de positionnement appliqué, depuis 30 an et sans état d’âme aux produits et aux services serait dénié aux individus sous prétexte qu’il n’est pas moral que quelqu’un aide l’autre à faire le « marketing de soi »? 

Seuls les ouvrages de Valérie Brunel, qui intervient dans les entreprises et de Michela Marzano nous semblent nourris par une recherche approfondie et documentée et faire (un peu) la part des choses. Ces ouvrages sont, certes, plus difficiles à lire et demandent beaucoup plus d’attention que celui de Robert Ebguy qui se lit assez vite, une fois que l’on en a décodé l’argument. 

Loin de me faire douter, ces essais m’ont confirmé dans ma pratique éthique du coaching : aider l’individu qui le souhaite à mieux exploiter ses ressources et à devenir ce qu’il a envie de devenir (selon ses compétences et appétences) en l’écoutant et en lui faisant prendre conscience de lui-même et des autres sans viser ou apporter un schéma normatif.

Mon ouvrage en préparation « Les managers du possible »  s’en fera l’écho, en résonance avec celui de Vincent Lenhardt, « Les responsables porteurs de sens » Insep consulting et en contrepoint à celui de Valérie Brunel « Les managers de l’âme » . A la réflexion, je crois que je vais changer le titre de mon bouquin, trop sage et pas provocateur pour un sou, et l’appeler « Je hais la catégorisation qui me conditionne »

Le coaching mérite-t-il un procés… d’intention? Les voies accompagnatrices sont pénétrables et multiples. J’estime ne pas avoir besoin d’être certifié par quelque instance aussi prestigieuse et auto-proclamée soit-elle; ce qui compte est l’expérience et la supervision (je paye pour cela des personnes fiables et hautement qualifiées). Quarante années de management, de formation et de communication en entreprise me semblent un sauf-conduit suffisant comme le sont un cursus universitaire en anthropologie et psychologie, une pratique assidue des méthodes de créativité et de prospective (Merci Edouard De Bono!), une profonde foi en l’individu et un âge mûr sur lequel on peut aussi s’adosser.

Le lancer de chaussures…ou l’anti-godillot

Mardi 16 décembre 2008

La mode du jeter de pompes à la figure des dirigeants à leur zénith vient seulement de commencer. Bouche bée (sic), le receveur esquive l’organe de la vindicte et continue imperturbable.

C’est ainsi qu’on obscur journaliste irakien va entrer dans l’histoire et que ses chaussures vont se trouver chargées (que sont d’ailleurs devenus les sain (t)s projectiles?) d’odeur de rébellion.

On se souvient du 12 octobre 1960 (j’avais 14 ans) de Nikita Kroutchev, à sa place de l’ONU, rouge de colère saisissant sa chaussure et frappant son pupitre pour exiger la parole parce que le représentant philippin à la tribune fustige l’URSS qui a avalé les peuples de l’Europe orientale. Plus que tout autre geste politique, l’histoire et la mémoire collective retiennent l’attitude médiatique.

Qu’est ce qu’une chaussure? Un élément de langage universel, signifiant extrême comme aurait pu l’écrire Ferdinand au nom (presque) homonyme. La chaussure vous fait les pieds quand elle est trop juste, va pour les chinoises mais les américains! Les pataugas et rangers US du désert irakiens commencent à leur chauffer les oreilles aux habitants de l’un des berceaux du monde. Entre le Tigre et l’Euphrate, la soldatesque américaine a bien les pieds traînards.

Une chaussure ne va pas seule à moins d’être celle d’un enfant unijambiste qui a sauté sur une mine atlante, moyen-orientale ou pacifique. And on and on.. continuer à persifler je ne peux car je me sens perdre pied et glisser vers le facile. Une chose est sûre: Obama va relever le gant …de fer dans la main de velours.