Archive pour septembre 2009

Le Coach…le film!

Mercredi 9 septembre 2009

COACH FILMAvec Richard Berry et Jean Paul Rouve

Je ne l’ai pas vu mais j’ai vu la bande annonce…

Chêne est un coach renommé qui accumule les succès professionnels. Mais c’est aussi un joueur invétéré qui a des dettes colossales. A bout de patience, sa femme le quitte. Pris à la gorge par ses créanciers, Chêne accepte un contrat qui peut le sauver : coacher à son insu Marmignon, un directeur très singulier qui semble être le pire coaché imaginable.
Voir bande-annonce sur l’Internaute

Pari sur les hommes, le management par la vision partagée…

Dimanche 6 septembre 2009

Ceci est le titre du nouvel ouvrage de Pierre Barrère (co-écrit avec Jean-Claude Montauzé) paru chez L’Harmattan, 24,50 €.

Pierre est Coach auprès des managers, des équipes et des organisations. Il est aussi superviseur de coach et co-responsable de la formation CT Vincent Lenhardt sur Montpellier, Marseille et Aix en Provence. J’ai le plaisir de participer à ses séances de supervision en groupe et c’est toujours un grand bonheur. Il sait « accueillir », se rendre disponible et nous fait élaborer et construire. C’est aussi tout l’esprit de la démarche de son livre qui n’est pas du tout un nième livre de prêchi-prêcha sur le management ou le développement personnel mais un guide de pratique avec des arrêts sur image le long d’un cas vécu.

Un livre à mettre dans toutes les têtes des dirigeants et des cadres mais aussi des coachs.

Ce livre est didactique. Pierre

Cervaux Sans Frontières International… de nouveau

Samedi 5 septembre 2009

logo1L’association Cerveaux Sans Frontières International a été fondée en 1992. Comme suite à mon départ en 2005 pour la Provence, j’ai dû la mettre en veilleuse pendant quelques années. Nous allons lui redonner vie avec des projets innovants dont le Groupe Es’cale, le tremplin créatif pour artistes et écrivains et un projet de fondation pour aider nos amis du village d’amazonie équatorienne de Sarayacu.

A suivre…

Client captif …de La Poste…

Samedi 5 septembre 2009

alfred_hitchcock_francobollo

 

Tenez! Pas plus tard que ce matin samedi dans mon petit village… Le Paradou (13).

Je me rends à la poste, vers 10h15 pour affranchir une dizaine d’enveloppes contenant le manuscrit d’un ouvrage pour des éditeurs potentiels et une lettre importante. Par précaution, chez moi, je pèse mes lettres (rassurez-vous je ne vais pas peser mes mots sur ce coup!) 3,02 € par lettre. La préposée est trés gentille (en fait c’est quelqu’un de la Mairie qui assure la transition car La Poste va supprimer dans un an notre petit bureau postal qui est pourtant bien pratique!). Elle me dit qu’il est trop tard pour la levée qui s’est faite à 10h (dans quelque temps ce sera 8h30 le samedi!). Je choisis d’aller à la Poste de Maussane (4 kms) où la levée est à 11h. Pour éviter de faire la queue là-bas, je lui demande quinze timbres à 3,02€. Elle me répond que La poste n’a pas prévu de timbres de ce montant. Elle me donne quinze timbres à 2,22 + … quinze timbres à 0,87   car la Poste n’a pas prévu non plus de timbres à 0,80. Ainsi, je vais surpayer de 1,05 l’envoi total!

C’est de l’escroquerie pure et simple. Client captif, je suis bien obligé d’accepter car je veux que mon courrier parte ce matin.

Je me rends à Maussane en voiture. Pas de place pour se garer et il est maintenant 10h55. Dans mes nombreux tours de la ville, je vois le camion postal devant La Poste et je ne trouve pas de place. Le camion part sans mon courrier. dépité, je retourne au Paradou et je mets mon courrier à la boîte du Paradou. Bilan : un tour pour rien et 1,05 € donné à La poste+ essence.

Analyse des causes: 

de ma faute :

  1. être allé à La Poste du Paradou trop tard,
  2. ne pas m’être renseigné sur les horaires de levée,
  3. ne pas être allé directement à la Poste de Maussane
  4. ne pas y être allé assez tôt pour trouver à me garer.

Si j’avais fait cela, je n’aurai pas perdu 1,05 € car on m’aurait affranchi avec la machine à affranchir et mon courrier serait parti;

De la faute de La Poste

  1. Ne pas prévoir des timbres correspondant aux tarifs affichés
  2. Ne pas prévoir des combinaisons de timbres qui fasse le montant exact
  3. Négliger les bureaux de poste des petits villages

mais je me vengerai

La revanche du Client captif:

  1. Rapporter cette expérience (blog, cours de management, bouche à oreilles)
  2. Espérer que d’autres Clients feront de même et que La Poste changera…
  3. Ecrire une lettre au Service Client de La Poste pour les sensibiliser sur la valeur faciale des timbres non adaptée
  4. Espérer la concurrence avec l’Europe
  5. Ne faire que le strict minimum des opérations par courrier
  6. Utiliser SMS et Internet

Conséquences pour La Poste:

  1. manque à gagner à terme pour La Poste
  2. perte d’un Client qui sera super-content de passer à la concurrence
  3. accessoirement, faire travailler La Poste sur mon cas et les faire me répondre ce qui les occupera
  4. Si La Poste a le sens du service au Client, c’est une opportunité pour améliorer ses services (plutôt que de faire des timbres de collection, être déjà excellent sur le fondamental etc.)

La Poste ne respecte pas le Client car elle ne prévoit pas de timbres à valeur faciale correspondant à ses tarifs et de plus, l’addition des timbres dépasse toujours le tarif de quelques centimes d’euros: escroquerie, vol, exploitation du Client…pas si captif que cela, la preuve. Réagissons.
Tous ces détails qui nous embêtent. Promesses non tenues, services Clients absents, justifications manquantes etc.. administration (qui a perdu son grand A comme les assurances, banques (qui ont perdu leur grand B) mais aussi restaurants, boulangers etc de l’été aux tarifs augmentés pour les touristes, pardi! et qui une fois la vague de profits passés retrouvrent des comportements de vendeurs normaux avec les gens du cru…Faites m’en part. ..pour le meilleur et pour le pire.

APPEL DE DONS POUR ZULMA de SARAYACU

Vendredi 4 septembre 2009

 

 

Je vous fais passer en urgence ce message de Corinne Arnoud de Paroles de nature/Frontière de vie qui envoie un appel qu’elle me demande de relayer.

La fille de José Gualinga Zulma est très malade et sa famille ne peut subvenir aux coûts des soins.

 

Nous pouvons envoyer des chèques à Corinne Arnoud 19 bis, rue Raymond du Temple, 94300 Vincennes, c’est mieux qu’un virement qui coûte des frais. C’est Corinne qui centralise pour la France. Corinne fera un virement ce soir d’avance. Vous pouvez lui téléphoner au 06 17 81 37 81 en lui donnant montant de votre don (tout don est bienvenu) en donnant votre nom.

 

Compte tenu des liens qui nous unissent à la famille de José Gualinga, à Sabine son épouse, à Don Sabino etc. et de l’accueil admirable de cette famille qui est dans la peine, je pense qu’ils peuvent compter sur notre générosité.

 

Je vous remercie de bien vouloir relayer cet appel à l’aide auprès de vos connaissances.

 

Bien à vous

 

Guy Lesoeurs

 

 

 

Chers Amis,

 

 

Il y a deux semaines, nous sommes partis toute la famille (José, Samaï, Wio, Zulma, Alberto et Sabine) à Rotuno, notre lieu de vacances en forêt, à environ six heures de pirogue de Sarayaku.

Au retour, Zulma, la fille de José ne se sentait pas très bien. Dès son arrivée à Sarayaku, elle est partie se coucher et ne s’est levée que mercredi, le jour de notre départ pour Puyo.

Arrivé à Puyo, elle se sentait un peu mieux, mais avait encore beaucoup de fièvre.  Nous sommes donc partis sur Quito, où il était prévu que Zulma et d’autres personnes s’inscrivent à un collège à distance et que Zulma en profite pour aller voir un médecin de la capitale.

Vu son état, de plus en plus grave, nous avons laissé tomber le collège et nous sommes directement allés à l’hôpital où elle a été internée lundi soir.

Depuis lundi, Zulma est sous surveillance médicale mais son état s’aggrave de plus en plus. Elle est à présent aux soins intensifs. Les docteurs n’arrivent pas à détecter le virus….. Ce qui est certain, c’est qu’elle a une pneumonie avancée…..qui serait, selon les médecins, le résultat d’une complication d’une grippe cousine de la grippe porcine…

Il y a environ un mois, Doña Corina, la grand-mère de Zulma, est sortie à Puyo. Elle était aussi malade. Les médecins lui ont dit qu’elle avait un début de pneumonie….que nous avons pu heureusement, maitriser à temps. Doña Corina est à présent en bonne santé mais nous sommes très inquiets pour Zulma. Elle est de nature fragile…elle est née prématurée et depuis sa naissance a toujours eu beaucoup de problèmes de santé. Son système de défense est très bas….  Nous craignons qu’elle ne résiste pas au traitement.

Un autre problème se pose ….. Zulma et son mari Alberto, n’ont pas de revenu. Ce sont des agriculteurs de Sarayaku qui vivent de leurs cultures, de chasse et de pêche, d’une manière totalement traditionnelle. De plus, Ils n’ont pas d’assurance santé. Jusqu’à présent, nous assumons les frais de l’hôpital mais, nos salaires locaux sont bas…et nous n’aurons bientôt plus assez pour assumer les frais de l’hôpital. 

Dans la détresse et l’angoisse, nous faisons appel à nos amis. Nous avons, tant de fois, passé de bons moments ensemble et dans d’autres circonstances défendu ensemble, des causes qui nous paraissaient correctes et primordiales ….. comme les droits de l’homme ou la protection de la nature..…..A présent, nous vous demandons de nous aider à sauver Zulma.

Nous avons laissé une garantie de 600 dollars. Les frais pourraient monter très vite, environ 2000 à 3000 dollars.

 

Merci d’avance à tous

Sabine et José