Archive pour octobre 2011

Se communiquer (un peu) sur le Net

Dimanche 23 octobre 2011

Pour un psychanalyste, il peut paraître incongru voire malsain de se présenter « dans le siècle », je veux dire sur la toile de manière nette en transgressant « la règle »  psy qui édicte de ne rien dévoiler de soi et surtout de ne pas se communiquer.

Clystère et boule de gomme! Certes, ce n’est parce que Jacques Alain Miller (gendre de Lacan), l’autre Miller, le Gérard de chez Ruquier, Serge Tisseron et bien d’autres font les choux gras des journalistes de toute plume que le psy de base doit aussi s’autoriser à parlêtre sur les médias et à se faire un peu de pub (faire la p…. diraient certains).

Certes, il faudrait que celui qui passe son temps à écouter ait à dire quelque chose. Or, le dire et le raconter ne sont pas dans le rôle du psy qu’il soit un tant soit peu hystérique, histrionique ou numérique (on ne dit plus cathodique) ce n’est pas très catholique. Se trouver à naviguer sur les ondes et dans les marais des réseaux sociaux est-ce transgresser ? N’est ce pas normal pour un psy de surfer sur l’inconscient collectif du Net?

La position orthodoxe, la neutralité absolue commandent de ne jamais apparaître en parole, en image (micro ou télé scopique ou non), de se représenter et ce, au nom de  du transfert qui en serait empêché.

Quittons un peu les oripeaux et l’horrible tunique de Nessus (cf le moi-peau de Didier Anzieu, 1923-1999) héritée d’avant Internet, ne nous laissons pas interner dans notre bulle protectrice institutionnelle.

Cela étant dit: il faut de la mesure en tout et je prends surmoi. L’analyste doit il rester un parfait inconnu pour tout le monde y compris pour son analysant ?  Alors quid de tous les écrivains, des beaux/hauts parleurs de la TV ? Je n’en suis pas envieux du tout.

Laissons nous un peu de temps et d’espace, une petite place bien nette sur le net, un vase communicant non pas pour narrer émotions, sentiments ou techniques mais pour revendiquer notre présence au monde.

Guy Lesoeurs

Psychanalyste, master en psychologie

www.resurgen.org/Lesoeurs-Guy.htm

http://www.annuairesante.com/fiche_guy-lesoeurs_psychanalystes_maussane-les-alpilles_692632_156.html

http://www.skilto.fr/fr/search?who=Psychoth%C3%A9rapeute%2C+psychanalyste&where=Maussane+Les+Alpilles+%2813520%29

La dépression : facteur majeur d’exclusion sociale.

Jeudi 20 octobre 2011


Comme suite à la Journée Européenne de la            Dépression mercredi 20 octobre 2011

Les troubles de l’humeur au premier rang desquels se trouve la dépression sont un facteur d’exclusion sociale.

Ci-dessus : Mariage noir: collage vieille photo+jus acrylique noir. GLartis

Un exemple que chacun a pu vivre:

Au « Bonjour, comment ça va ? » -ce rituel quotidien presque automatique- s’il est répondu une phrase du type : « pas très bien, j’ai plein de choses ne vont pas dans ma vie », la situation va faire s’enfuir l’interlocuteur qui n’a pas envie d’écouter la litanie des plaintes qui ne le concernent pas et/ou ne sait pas quoi répondre ou faire. Au mieux, il conseillera «  va voir untel, parle lui en, c’est un bon psy qui écoute et qui t’aidera »

La déprime fait peur et isole dans la vie personnelle et professionnelle… Lire le reste de cet article »