Archive pour la catégorie ‘O’ potentiel’

1er Septembre 2010. Cabinet de soutien psychologique, développement personnel, coaching à Maussane (13)

Vendredi 27 août 2010

Bonjour, amis et amies abonnés fidèles de mon blog. Après ces vacances, je reprends ma plume.

Laissez moi pour fêter ce retour le plaisir de vous informer qu’après des années de coaching entre la région PACA et Paris, (TGV phile) j’ouvre un cabinet à Maussane les Alpilles où je reçois sur RV.

 Ainsi pour ceux et celles qui désirent faire le point sur leur vie et « mieux être au monde » en restant eux-mêmes, je peux être le consultant-senior qui apporte une écoute et un soutien en toute confidentialité.

Comme vous le savez, j’accompagne depuis 10 ans les personnes et les groupes. Je m’appuie sur ma pratique du coaching et du développement personnel, sur mon expérience du management en entreprise ainsi que sur ma formation universitaire en psychologie.

Mon métier est de vous aider à exploiter votre valeur authentique et à redonner du sens à vos projets personnels, familiaux ou professionnels.

Je mets à votre disposition l’expérience d’un senior avec une formation universitaire psychologique et humaniste pour un accompagnement adapté et discret.

Par ailleurs, je continue d’être supervisé dans ma pratique comme doivent le faire les coachs dignes de ce nom.

Je poursuis mon cursus psychanalytique en troisième année aux Instituts Freudiens de Provence, à l’Ecole  Propédeutique de Connaissance de l’Inconscient (5 ans) et à la Société de Psychanalyse Freudienne (10ième année d’auditeur libre). Je fais partie de l’Association Internationale d’Ethnopsychanalyse et de la Société des Neurosciences.

Mon cabinet professionnel est situé Route de Saint Rémy (D5), Quartier Monblan. 13520 Maussane les Alpilles. Sur R.V. Tel : 06 50 30 09 80 et 04 90 18 24 43.

I should add that I am fluent in English, which is good to be known by the english speaking « provençaux » who need help.

Mail guy.lesoeurs@kerux.fr     Blog www.guylesoeurs.com

 

SE SENTIR BIEN AU TRAVAIL…ET NE PAS Y MOURIR

Samedi 24 octobre 2009
Les masques en disent long...

Les masques en disent long...

Se sentir bien au travail… et ne pas y mourir d’ennui (mort lente) ou tout court!

Récemment, dans les séminaires de management que j’ai le plaisir d’animer soit dans le Mastère management de l’Industrie Pharmaceutique à l’ESC Dijon Bourgogne (Directeur Céline Soulas) soit  dans le programme original de Management en alternance  (Fac 6° année Pharma/entreprise) MOI²SE qui existe depuis deux ans à l’UFR Pharmacie de Dijon, programme créé et dirigé par Madame le Professeur Sylvette Huichard, nous abordons avec les participants les compétences et qualités humaines du manager. Nous discutons de l’équilibre entre l’orientation objectifs de rentabilité, gains de productivité etc…(Task oriented mind) et l’attention aux problèmes humains et à l’épanouissement de ses Collaborateurs (Human oriented mind) que doit constamment avoir en tête le Manager d’une équipe. Quand je demande, en début de séminaire, aux apprentis managers quel serait leur premier objectif dans leur vie professionnelle, j’obtiens des réponses assez diverses de type économique, apprentissage, acquisition d’expériences etc. L’une des réponses « se sentir bien dans l’entreprise » a retenu particulièrement mon attention. Nous en avons discuté avec les participants. Pour ma part, avec la certitude (?) forgée par 40 années passées dans l’entreprise, j’ai pensé de prime abord que, compte tenu de ce que les Médias nous rapportent tous les jours, cet objectif ne devait plus être à l’ordre du jour et que, exprimée telle quelle devant un recruteur ou un DRH, cette vision de l’entreprise pourrait desservir un candidat. Cependant, à la réflexion, je réalise que c’est certainement l’un des meilleurs objectifs qui soient aujourd’hui car s’il est mis en pratique, il permet la réalisation de grandes choses. Le manager hypermoderne, fort de sa capacité d’adaptation (l’image si juste de l’embrayage a été apportée par l’un des participants) et sa fluidité d’esprit, pourra, dans une entreprise « adulte »  (dans le sens de l’analyse transactionnelle) s’y réaliser. L’entreprise « adulte » est conduite par des managers qui font attention à la personne et la respectent, dans une bonne ambiance de travail….et dans l’atteinte d’objectifs réalistes fixés par l’entreprise. Le Manager digne de cette fonction sait détecter et renforcer l’énergie positive…et, si l’on emprunte à la sémantique psychanalytique, animer des pulsions de vie plutôt qu’entretrenir des pulsions de mort par le stress. Dans le combat perpétuel qu’Eros et Thanatos se livrent dans notre moi intime, trouvons la seule voie pérenne, celle de l’épanouissement.

Merci aux futurs managers de MOI²SE (6° année de pharmacie option industrie) d’avoir exprimé leur authenticité en formulant cet objectif de haute valeur « se sentir bien dans l’entreprise » car il nous fait  réfléchir.

Pour être complet, je souhaite vous signaler le documentaire « La mise à mort du travail: Destruction, aliénation, dépression  » que France 3 diffusera, le lundi 26 octobre prochain à 20 h 35. C’est un documentaire sur l’organisation actuelle du travail salarié et le management par le stress qu’elle soustend. 
Les drames humains (suicides chez France Telecom ou chez Renault ou ailleurs mais nous ne le savons pas…) et les effets délétères incommensurables économiques et humains que cette recherche du rentable à court terme induit y sont analysés avec une grande objectivité. La seconde partie du documentaire sera diffusée, sur la même chaîne, le jeudi 29 octobre.
La plaquette jointe (lien ci-après) MISE A MORT DU TRAVAIL vaut d’être lue, elle contient des données chiffrées et synthétise le propos du film de façon pertinente.
Voici donc deux émissions à voir absolument et à faire connaître auprès de vos collègues, amis et supérieurs hiérarchiques.

Avis aux futurs managers : ne soyez pas le torero qui, agitant devant ses collaborateurs la muleta rouge du stress, met à mort le taureau. Cette attitude antique, pour autant qu’elle paraisse brave, ne contribue qu’à maintenir un état d’arène sanglante. (à suivre)

Bonnes pratiques de management

Dimanche 22 mars 2009
Alain Rusterholtz est une personne que j’ai eu grand plaisir à faire travailler lors de ma vie professionnelle dans les laboratoires pharmaceutiques. Alain Rusterholtz est pharmacien, consultant et enseignant dans diverses Ecoles et Facultés. Alain connaît bien tous les rouages et les ficelles de l’industrie pharmaceutique. A ce titre, il était le mieux placé pour écrire cet important ouvrage de synthèse sur le management non seulement indispensable aux cadres débutants mais plein de ressources pour les « confirmés ».
D’ailleurs, de nombreux chapitres s’adressent de manière généraliste à des managers d’autres métiers.
 
« Bonnes Pratiques de management applicables à l’industrie pharmaceutique »sort le 10 avril prochain. Il est publié par l’Editeur « la Blouse Blanche » au prix de 90 €.
Vous trouverez en cliquant sur leaflet-bpm le document de présentation.
Bonne lecture

Commencer par coacher ses amis…pour ou contre

Samedi 4 octobre 2008

Question de D. qui se lance comme Coach libérale:

« J’ai une question à soumettre qui me préoccupe: depuis que j’ai annoncé à mon entourage que j’allais me lancer dans ma « micro entreprise au réel simplifié » (j’adore ce terme) de Coaching, j’ai déjà reçu 2 demandes de copines (non intimes, juste « camarades ») qui ressentent en ce moment le besoin d’être coachées sur une problématique professionnelle, et me demandent de les coacher formellement, en respectant le cadre bien sûr (convention, tarifs etc): qu’en pensez-vous? D’un côté, je me dis que si je ne commence pas par coacher mes copines, par qui je vais commencer?! Et d’un autre, je me demande si c’est aussi efficace, du fait que j’ai des infos sur elles? déontologique? (cf les psys qui prennent pas les conjoints ou les fratries etc); est-ce que ça vous est déjà arrivé?
Merci pour vos conseils »

Réponse

Bonjour D.
Pour répondre à ta question très légitime, voici quelques éléments de réflexion.

D’abord, se poser la question est une posture qui t’honore et qui fait démarrer ton activité sur de trés bonnes bases éthiques.

Rendre service aux personnes que l’on connaît est un réflexe très naturel; de même que nous avons tous tendance à demander d’abord un service aux personnes que l’on connaît. Or, il faut se dire que ce n’est peut être pas la meilleure solution…

Ce serait un peu comme demander à un avocat ami de plaider pour nous, un médecin de notre famille de nous soigner etc. Si je me réfère à un réglement de conflit entre deux personnes que l’on connaît qui vous mettent en position d’arbitre ou de médiateur, (a fortiori si le médiateur ne connait que l’une des personnes), il ne me semble pas possible déontologiquement de les aider à régler leur différend.

Dans le cas du coaching, il serait certes mieux d’accompagner des personnes que tu ne connais pas ou trés peu et qui te sont envoyées par un ami ou une relation. En effet, il est beaucoup plus difficile de coacher des personnes que l’on connaît mais cela ne me semble pas impossible.
Par ailleurs, de ce que je sais, je ne vois pas d’interdit déontologique à coacher quelqu’un que l’on connaît. Il est simplement nécessaire d’être beaucoup plus vigilant sur l’interaction.

Quelles sont les contraintes, les menaces et les précautions?

  1. Il faudrait savoir bien se décentrer de sa représentation antérieure de la personne [c’est bien sûr très théorique car, de toute façon, l’interaction prendra en compte, inconsciemment de part et d’autre ces représentations antérieures]. Il faut donc se résigner (terme négatif) ou mieux être très content (côté positif) de pouvoir faire jouer ces représentations. Ainsi lors du premier entretien (dit de faisabilité), énoncer, de part et d’autre, la représentation que l’on a de l’autre me semble nécessaire. Ne pas le faire pourrait situer l’interaction sur un plan factice et chacun sait que le coaching ne peut travailler que sur de l’authentique.
  2. Ce coaching ne peut se faire que sur une problématique professionnelle. Cela ne serait pas raisonnable sur du « coaching de vie ».
  3. Attention aux effets délétères qui sont

    • Manque de crédibilité,
    • Le fait que ces deux copines « essuient les plâtres » d’une activité débutante,
    • Difficulté de se positionner comme coach impartial,
    • Un prix trop négocié, symbolique car « je ne peux pas te prendre le vrai tarif !» placera ta prestation à un niverau de valeur faible.
    • Ne pas aller jusqu’au bout et se contenter d’un coaching accéléré ou tronqué

Quels sont les bénéfices et les opportunités

  •  
    • C’est une opportunité à saisir, car il faut bien commencer et, peu ou prou, nous avons tous commencé comme cela. Après c’est le bouche à oreille
    • Cela peut être très efficace, ce d’autant qu’un climat amical est déjà établi.
    • La confiance (élément essentiel) est donnée a priori et il faudra la mériter encore plus car tu as été choisie.

Si cela ne te dérange pas, je mettrai cette réponse sur mon blog en l’anonymisant, bien sûr et je pense que j’aurai des réactions intéressantes.

Guy Lesoeurs 

 

Super! Vision…

Dimanche 7 septembre 2008

Le coaching du coach

Accompagner les personnes sur leur chemin de vie personnelle et/ou professionnelle est un métier passionnant. Je le fais depuis plus de 10 ans maintenant. On appelle cela aujourd’hui « coaching ».

Quelle que soit l’appellation, la relation d’aide – qui s’attache à écouter, conseiller et ouvrir un espace-temps pour sa réflexion chez L’autre- fait s’accumuler chez le professionnel, même le plus aguerri, des interrogations, des doutes, des tensions et une charge émotionnelle qu’il ne peut partager avec personne.

Ainsi, le coach se trouve dans une double contrainte. Bien qu’il puisse se défendre que ce quantum d’énergie n’ait pas ou peu d’effet sur ses pensées, ses émotions et ses comportements, il demeure que le coach doit s’assurer de pouvoir l’évacuer de manière sereine et saine. Par ailleurs, pour continuer sa mission, il doit régulièrement remettre en cause sa pratique, dans sa pertinence et son acuité.

C’est le rôle de la « supervision »  qui s’effectue auprès d’un pair individuel expérimenté ou bien dans un groupe de parole spécifique appelé souvent groupe de contrôle et fait de professionnels.

Les cas peuvent y être exposés de manière anonyme et chaque coach fait part de sa pratique et surtout de comment il a vécu certaines situations difficiles de manière rationnelle, sur un plan technique sans oublier les résonancdes émotionnelles (compassion, agacement,  voire angoisse etc.). Hors de cet espace-temps régi par des règles strictes de confidentialité et d’anonymat, pas d’évocation possible.

Ainsi, pour un vrai coach, être supervisé est absolument nécessaire et doit faire partie de sa ligne comportementale et déontologique, tant il est difficile de se placer soi-même en position de décentrage ou « méta » , c’est à dire de prendre la position d’observateur de la relation coach-coaché que l’on est en train de vivre et d’analyser objectivement son comportement. Le regard, sans enjeu, d’un Autre, engagé comme lui dans ce métier est une grande ressource.

A son tour, le superviseur de coach doit donc aussi faire l’objet de supervision.

Le coach du coach du coach… un cercle vertueux et un processus fractal salutaire pour tout le monde, car chacun et chacune y apprend l’humilité et surtout progresse sans cesse.

Guy Lesoeurs