Merci Philippe Grimbert…

Je viens de lire l’excellent livre de Philippe Grimbert qui vient de paraître chez Grasset « Avec Freud au quotidien ». Une mise au point de bon sens ou comment la psychanalyse peut elle nous aider dans notre vie. Mise en parallèle avec le dossier du Nouvel OBS.

« Feu sur la psychanalyse », le très récent dossier intitulé du Nouvel OBS et le forum de discussion qui a suivi sur la Toile nous indique que la psychanalyse et les psychanalystes, sans le vouloir, sont encore capables de faire vendre du papier à défaut d’augmenter le nombre de leurs analysants.

On peut se demander ce que les psychanalystes sont allés faire dans la galère du « dogme –autisme ». La question est venue à la faveur (sic) de la position de l’H.A.S. Le débat masque en fait tout autre chose. Il est de mode qu’à chaque mention d’une pathologie psychique quelle qu’elle soit, les médias réactivent le vieux combat, psychanalyse, psychothérapie, TCC, psychiatrie, pharmacologie, neurones, etc. comme si le feu couvait et se ravivait .

C’est une forme de catharsis ou mieux d’exorcisme continuel que les écrivains de toute plume, phi ou psy accompagnés dans leur croisade par les chroniqueurs manipulent et nous livrent en pâture. Cette manne est régulièrement ré-ensémencée par les fantasmes de bonne conscience hypocrite d’éclairage d’un public (intellectuel) prompt à s’enflammer. Ainsi le titre du dossier « feu sur la psychanalyse » en dit long (feu) sur la partie engagée.

Comme si le déni de l’inconscient par ses détracteurs les soulageait de l’angoisse de ne pouvoir pénétrer dans ce monde qu’ils ont présent, passé et futur au plus profond d’eux-mêmes. Comme un remède contre le vertige abyssal de leur objet manquant ou le vestige primordial de leur sein maternel dont ils nient l’influence.

A chaque tour de manège, la psychanalyse semble y perdre quelques plumes mais comme un phénix…

Encore une fois, c’est la dichotomie, le clivage, l’opposition orchestrée entre les TCC ou thérapies « coco » (pour cognitivisme et comportementalisme) et la cure psychanalytique, entre le travail en surface, plutôt symptomatique et en tout cas bref et celui de la recherche en profondeur, celle de l’archéologie de l’inconscient. De la pelure d’oignon ou du Moi-peau (Didier Anzieu), préfère-t-on l’ablation et le décapage de la première couche – laquelle  cicatrise sans doute mais avec bourrelets et adhérences- et qui, souvent, laisse à vif la peau psychique sous la pommade anesthésiante du reconditionnement ou bien la plongée sans bouteille mais bien accompagné, au risque de retrouver un sens oublié.

Mais foin de discussion, avant que le feu contagieux ne prenne pour soit–disant (soi-disant) purifier les concepts et lever l’angoisse du vide ….

Le livre de Philippe Grimbert, psychanalyste, plein d’usage et raison, permet de réfléchir de manière saine à la psychanalyse, de souligner son intérêt et de la positionner encore une fois à sa place. Intitulé « Avec Freud au quotidien » (Editions Grasset, 2012) le contenu de cet ouvrage définit très exactement et d’emblée l’objectif et la pratique analytique, comme Philippe Grimbert l’exprime dans ses premières phrases.

Extraits :

« Longtemps je me suis allongé de bonne heure…sur le divan de mon psychanalyste. … j’y ai revisité mon histoire, convoqué le plus intime de moi-même à travers mes actes manqués, mes dérapages ou mes ratés et compris quelle motivations inconscientes dirigeaient ma destinée, plus sûrement que ma volonté, plus sûrement encore que ma conscience. Ainsi je me suis peu à peu affranchi des inhibitions, de la culpabilité dont j’ai hérité, de ces empêchements, de ce qui nous tient et nous mène …parfois à notre perte ».

Philippe Grimbert poursuit sur le délicat de « guérir ou pas guérir, c’est bien la question » : « Si guérison veut dire, comme dans le discours médical, éradication des symptômes, je ne suis pas sorti guéri de c e voyage mais, bien mieux, j’ai appris à faire avec mes failles et à transformer mes faiblesses en force, en créativité ».

La créativité, voilà le mot qui en dit long et c’est, pour moi, le foyer incandescent de la psychanalyse : se créer pour advenir au monde en tant que sujet. Merci Philippe Grimbert.

A suivre…

Guy Lesoeurs

Psychanalyste, Master²psychologie

Avec Freud au quotidien

Laisser un commentaire