Archive pour la catégorie ‘Pertinente attitude’

L’armoire aux toxiques… un livre utile

Mercredi 23 octobre 2013

j’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon livre L’Armoire aux Toxiques en numérique à télécharger pour 4 euros seulement sur votre tablette ou PC voire votre portable.

télécharger à partir de www.motsouverts-editions.com


De quand date votre dernière exaspération face à un comportement difficile ? Et, vous-même, vous a-t-on reproché de vous comporter de manière insupportable ?

Certaines personnes provoquent, d’emblée, un malaise et une envie irrépressible de les éviter. En leur présence, vous anticipez intuitivement ou en connaissance de cause que la relation va devenir problématique et conflictuelle.

Le titre de cet ouvrage « L’armoire aux toxiques » vous introduit d’emblée dans l’intolérable relation avec les personnes au comportement problématique, dans les endroits interactionnels que sont l’école, la famille et l’entreprise et plus largement à toute occasion de rencontre.

Ce vademecum devrait vous aider à prendre de la distance face à certains comportements dits « toxiques » qui peuvent vous déstabiliser et, peut-être à prendre conscience que vous-même parfois (pour ne pas dire souvent) vous vous comportez ainsi. Vous pourrez en repérer quelques uns parmi les plus couramment rencontrés, les éviter et les gérer dans votre vie familiale, sociale ou professionnelle.

Dans cette Armoire aux toxiques, si j’ai laissé une place prépondérante à huit portraits +1 (le pervers narcissique) que j’ai volontiers brocardés, j’ai néanmoins abordé quelques notices théoriques. En effet, il m’a semblé nécessaire de passer par quelques notions psychopathologiques pour bien comprendre la conduite à tenir que je propose.

Cet ouvrage est destiné aux parents, aux conjoints, aux enseignants et aux managers des entreprises et à toute personne un tant soit peu familiarisée avec l’approche psychologique.

Je précise que les prénoms ou les surnoms utilisés ou les situations n’ont aucun rapport avec des personnes ayant existé ou existantes et que le fait de se reconnaître ou de reconnaître une personne serait totalement fortuit.

UN LIVRE A SE PROCURER AU PLUS VITE POUR EVITER LES « SEVICES » PSYCHIQUES AU BUREAU, A L’ECOLE, A L’HOPITAL ENFIN PARTOUT OU VOUS RENCONTREZ DES FACHEUX QUI VOUS POURRISSENT LA VIE

C’EST AUSSI UN PETIT CADEAU A FAIRE SANS SE DEPLACER A UN AMI A QUI VOUS VOULEZ DU BIEN QUE VOUS SOYEZ A PEKIN, QUITO OU LISBONNE.

SACRES CARACTERES! A l’épreuve des comportements difficiles

Mercredi 5 septembre 2012

Lundi 10 septembre de 12h15 à 14h00, je serai l’invité de Dominik Jako dans son émission « de vous à moi » sur la radio Web d’Avignon osmose-radio.fr où elle invite régulièrement des professionnels du bien être et de la santé pour faire le point sur des aspects très concrets de problèmes de la vie courante.

Les thèmes que je développerai seront :

1. « A l’épreuve des comportements difficiles, compliqués et autres empoisonneurs de la vie quotidienne et professionnelle ».

Ceci fera suite à l’émission de juin où j’étais déjà intervenu sur les gens difficiles tels que les agressifs et les pervers narcissiques.

Cette fois, je parlerai des comportements des pessimistes et insatisfaits chroniques, ceux et celles qui s’excusent continuellement et qui en deviennent très agaçants, ceux et celles qui sont toujours d’accord du moins en paroles et ceux qui ont peur de tout et de rien, ceux qui sont des obsédés du rangement etc.

Vous en connaissez, vous en côtoyez à la maison, au travail …

je terminerai par une personnalité au-dessus de tout soupçon (apparemment) :. je veux parler du « sauveur » (voir ci-dessous).

2.    Le sauveur ! ou la personne qui se sent investie pour aider les autres : celle qui veut constamment aider, faire à votre place et qui veut se sacrifier pour vous sauver dont on ne sait quel danger ou risque. Nous ne parlerons pas des sauveurs patentés (médecins, pompiers etc.) qui identifiés comme tels sont des sauveteurs authentiques.

Vous connaissez certainement ces personnes qui ne vivent que parce qu’elles s’occupent des affaires des autres avec de bons sentiments. Mais que ce comportement peut être pesant et insupportable aussi.

Si vous-même ou l’un de vos proches ( conjoint, ado, parents…) êtes confrontés à ce type de comportements ponctuels ou continus, merci d’apporter votre éclairage et/ ou poser des questions. Si vous êtes thérapeute, vous pouvez aussi réagir.

Cette émission se veut inter active et réclame la participation des auditeurs.

Merci de nous rejoindre par téléphone au 04 90 88 22 56 pendant l’émission, de témoigner sur notre page Facebook Radio Osmose,

et de suivre ce direct sur www.osmose-radio.fr . ou bien de m’envoyer un message sur mon e.mail guy.lesoeurs@kerux.fr

Durant les tout prochains jours, je mettrai un texte sur ces sujets sur mon blog www. guylesoeurs.com .

Une dernière remarque : le ton ne sera pas que psychanalytique ou que comportementaliste. Nous parlerons de cas pratiques.

A très bientôt sur www.osmose-radio.fr

Guy Lesoeurs

Psychanalyste

Master 2 Psychologie

DU Psychiatrie transculturelle, Médiation, Anthropologie Médicale

Praticien Psychophysiocommunication (TCC)

Cabinet Professionnel (depuis le 1° septembre 2012)

Chemin des deux bessons

13520 LE PARADOU

04 90 18 24 43

06 5030 09 80

Le paquet de biscuits…

Mardi 20 septembre 2011

Internet est une mine.

On y trouve de tout de l’invitation à la rêverie aux conseils éclairés etc. Philosophie et psychologie de comptoir ou de bazar, a-t-on coutume de penser. Sans doute, mais de temps à autre on y ramène dans ses filets des perles anonymes qui font réfléchir. Ainsi, l’histoire du paquet de biscuits…

Cette histoire ouvre des pistes aux managers, aux médiateurs bref à toutes personne qui s’intéresse aux relations humaines et au règlement des conflits.

Une jeune femme dans un aéroport. Elle achète un journal et un paquet de biscuits, puis s’installe dans la salle d’embarquement avec son paquet de biscuits posé sur le siège à côté d’elle. Un homme prend place sur le siège après celui où est le paquet de biscuits. Elle prend un biscuit dans le paquet et le type fait de même. Elle se dit : celui-là quel sans-gêne !

Elle reprend un autre biscuit et le type aussi. Elle est très irritée mais ne dit rien car elle ne veut pas faire d’esclandre. Ainsi le scénario se poursuit, biscuit après biscuit. Elle enrage. Il ne reste plus qu’un biscuit dans le paquet. L’odieux personnage le saisit avant elle, le coupe en deux morceaux et lui en donne un. Elle est suffoquée de tant d’indélicatesse. Elle se lève furieuse et s’en va prendre son avion.

Alors qu’elle est assise à sa place, ruminant la goujaterie du type, elle ouvre son sac et reste sidérée. Son paquet de biscuits est intact, non-ouvert. Elle avait oublié qu’elle l’avait glissé comme tel dans son sac. Elle se sent tout d’un coup très mal. Quoi ! Elle avait traité ce type de tous les noms alors que c’était elle qui les méritait ! Mais alors! Qu’est ce que ce type si gentil avait dû penser de son comportement ! Elle avait piqué dans le paquet du type sans le savoir certes,en croyant que c’était le sien ! Aucun moyen de rattraper le coup et de s’excuser. Trop tard ! Elle ne pouvait que penser à ce type et à son élégance, jusqu’au dernier de ses biscuits qu’il avait partagé.

Moralité

Il ya quatre choses que l’on ne peut rattraper dans la vie

  • La pierre une fois lancée,
  • Le mot que l’on a prononcé,
  • L’occasion que l’on a perdue,
  • Le temps qui s’est enfui ;

Autres pistes de réflexion

  • Les remords, les regrets font aussi partie de la vie. Faire preuve d’un peu plus d’attention aux autres eut être bénéfique pour soi-même.
  • Il faut se méfier de soi et de ses certitudes.
  • Le malentendu et le conflit partent souvent de maladresses et de fautes d’inattention.

A lire vos commentaires

Guy Lesoeurs

Les oiseaux au cyprès

Les oiseaux au cyprès, acrylique sur papier marouflé, GLartis

Grippe mentale au pays du management : la cure d’Authenticité

Jeudi 8 septembre 2011

En marge de la prochaine rencontre de l’Institut Esprit Service intitulée Reconquérir le lien entre dirigeants, managers et salariés qui se déroule au MEDEF le vendredi 30 septembre matin (pour Dirigeants et sur invitation), je vous soumets cet article que j’avais écrit à ce sujet accompagné d’une vignette clinique :

Esprit aiguiséGrippe mentale au pays du management ! La machine à motiver dans l’entreprise et dans l’administration est grippée dans tous les sens du terme. Les pouls des battants sont devenus imperceptibles. Le cerveau des dirigeants est embrumé. L’escargot-jadis actif est rentré dans sa coquille. Il pleut des cordes d’amertume. L’imagination est au rancart, la rentabilité a chassé l’initiative et la disponibilité des individus. La confiance est en panne. L’ennui  a remplacé l’envie. Ne parlons pas du cœur…à l’ouvrage ou tout court … il bat la chamade.

Ainsi, personne n’y croit plus, du top management au collaborateur et tous les pansements, les baumes de la parole incantatoire sur les valeurs, l’effort et la responsabilité et le service public ne sont que thérapies bien pâles par et pour des cadres lassés du push n’d pull.

Il y a comme un désenchantement du monde du travail pour paraphraser Max Weber et Marcel Gauchet, c’est-à-dire une vacance de sens (Catherine Colliot-Thélème, 1990) alors que la valeur du travail ne serait que dans la signification qu’on lui donne (Boris Cyrulnik, 2010).

Les psys de tout poil sont appelés au chevet du malade. Qui s’attaque au symptôme, qui préconise une analyse profonde. Emile Coué, super-potard sera revisité. Boris Cyrulnik se fend d’une interview piqûre d’urgence au vitalisant cocktail solidarité- résilience et nous assure que « Le travail peut rendre heureux » (2011).

Ayant ainsi glosé et jeté ma gourme, je contemplais maintenant les multiples brouillons froissés de ce papier sédi-mentant (sic) dans ma corbeille. Je ne savais plus à quel thème high fashioned du management et de la coach-mania tartinée de psychanalyse de comptoir réunis me fier. Agility management me faisait penser à un dressage de chiens, écosystème à un bassin de décantation, sensemaking et storytelling étaient autant de buzz-words,… insignifiants.

La sonnette de ma salle d’attente me tira de ma torpeur naissante… Lire le reste de cet article »

La valeur d’être soi, la culture de l’authentique (1)

Jeudi 23 décembre 2010

Masque Dan (Côte d'Ivoire)

LA VALEUR D’ETRE SOI  -1-

 Une culture de l’authentique pour s’épanouir

 Guy Lesoeurs

Au début étaient ma foi et ma croyance, qu’elles me restent au cœur…

Disparu le Dieu à barbe blanche qui va m’arranger tous les coups y compris le bon numéro à la roulette de Deauville.

Disparue aussi la vieille providence. Je continue cependant de croire aux coïncidences, aux ponts entre les choses et aux liens entre les personnes.

Je crois à ce qui sous tend et sous entend.

Le je et le jeu pour donner le jus, la joie, le sens, l’essence, l’effervescence.

Je crois fermement que la personne -dans un bureau bien net de sa société à Neuilly, Montréal ou Quito, dans sa clinique ultra-moderne à Saint Etienne, dans sa hutte façonnée de ses mains en Amazonie ou bien encore dans la mairie calme d’un petit village creusois- doit être présente à elle-même et aux autres et mettre en action sa valeur authentique.

Cette valeur personnelle authentique est faite d’idéaux, de croyances, d’expérience, de raison et de beaucoup d’intuition et d’énergie.

La valeur personnelle authentique représente pour moi le moteur de la créativité, celle qui vient du cœur, de ce souffle interne et vital qui produit la goutte résiduelle rare, infime perle de sueur d’âme qui rend la pensée et l’acte aidants et nous fait devenir une « belle personne » pour les autres et pour soi-même.

Cette quête tout à fait personnelle est à la portée de tout un chacun, cependant certains ne peuvent pas, ne savent pas ou n’ont pas envie de pousser leur désir, de puiser dans leur énergie et leur bateau sans cette brise reste à quai.

C’est pourquoi, après quarante années de management dans l’industrie pharmaceutique et d’autres expériences passionnantes (enseignement, formation, écriture) et des rencontres avec des personnes très estimables, j’ai décidé de continuer à aider les autres à (re-) devenir eux-mêmes, en toute modestie.

Je vais conjuguer mon récit au présent. J’émaillerai les chapitres de citations et de morceaux d’entretiens. Le parcours de ce livre se fera en trois parties:

  • Les maîtres du « je » où ceux et celles qui m’ont aidé
  • Les personnes de bonne volonté et celles qui ont perdu l’envie
  • Les réflexions pour l’action….

A suivre…