Archive pour la catégorie ‘Pour ainsi dire’

Lundi 13 février 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer que je vais reprendre l’actualité de mon blog, l’ayant délaissé faute de temps et pour Facebook.

Nouvelles

  • Depuis le 1° janvier 2017, je suis inscrit en tant que psychothérapeute, professionnel de santé,  à l’Agence Régionale de Santé des Bouches du Rhône. J’ai, en effet fait valoir mon Master 2 en psychologie obtenu en 2007 à l’Université de Paris 13, mon DU de psychiatrie transculturelle et diverses formations de 3° cycle et des stages y afférents. Cette inscription pourra permettre aux patients qui ont souscrit une option « psychothérapie » d’être mieux remboursés par leur mutuelle. C’est ainsi que les séances avec protocole Intégration Mouvements Oculaires (idem EMDR) dont je suis certifié niveau II par D. Beaulieu pour la gestion du stress, des émotions et des effets des traumas et les séances de Brainspotting (Dr D.Grand, New York) pourront être prises en charge.
  • Vendredi 3 mars de 18h30 à 20h j’animerai une conférence-débat au Paradou dans la salle polyvalente : le thème « Conflits familiaux, comment (essayer’) en sortir? ». Cette conférence ouverte à tout public est organisée sous l’égide de Cerveaux Sans Frontières et de la Mairie du Paradou.  Une participation aux frais de 3 euros sera demandée pour couvrir les frais d’assurance, de promotion et de photocopies d’un dossier qui sera remis aux participants.
  • Le mardi 28 mars de 18h à20h j’animerai une conférence au Mas de Jonquerolles à Saint Rémy de Provence « Jalousie, quand tu nous tiens! » dans  le cadre de l’Université Populaire de Saint Rémy (Robert Aprin). Cette conférence sera libre et gratuite.

L’armoire aux toxiques… un livre utile

Mercredi 23 octobre 2013

j’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon livre L’Armoire aux Toxiques en numérique à télécharger pour 4 euros seulement sur votre tablette ou PC voire votre portable.

télécharger à partir de www.motsouverts-editions.com


De quand date votre dernière exaspération face à un comportement difficile ? Et, vous-même, vous a-t-on reproché de vous comporter de manière insupportable ?

Certaines personnes provoquent, d’emblée, un malaise et une envie irrépressible de les éviter. En leur présence, vous anticipez intuitivement ou en connaissance de cause que la relation va devenir problématique et conflictuelle.

Le titre de cet ouvrage « L’armoire aux toxiques » vous introduit d’emblée dans l’intolérable relation avec les personnes au comportement problématique, dans les endroits interactionnels que sont l’école, la famille et l’entreprise et plus largement à toute occasion de rencontre.

Ce vademecum devrait vous aider à prendre de la distance face à certains comportements dits « toxiques » qui peuvent vous déstabiliser et, peut-être à prendre conscience que vous-même parfois (pour ne pas dire souvent) vous vous comportez ainsi. Vous pourrez en repérer quelques uns parmi les plus couramment rencontrés, les éviter et les gérer dans votre vie familiale, sociale ou professionnelle.

Dans cette Armoire aux toxiques, si j’ai laissé une place prépondérante à huit portraits +1 (le pervers narcissique) que j’ai volontiers brocardés, j’ai néanmoins abordé quelques notices théoriques. En effet, il m’a semblé nécessaire de passer par quelques notions psychopathologiques pour bien comprendre la conduite à tenir que je propose.

Cet ouvrage est destiné aux parents, aux conjoints, aux enseignants et aux managers des entreprises et à toute personne un tant soit peu familiarisée avec l’approche psychologique.

Je précise que les prénoms ou les surnoms utilisés ou les situations n’ont aucun rapport avec des personnes ayant existé ou existantes et que le fait de se reconnaître ou de reconnaître une personne serait totalement fortuit.

UN LIVRE A SE PROCURER AU PLUS VITE POUR EVITER LES « SEVICES » PSYCHIQUES AU BUREAU, A L’ECOLE, A L’HOPITAL ENFIN PARTOUT OU VOUS RENCONTREZ DES FACHEUX QUI VOUS POURRISSENT LA VIE

C’EST AUSSI UN PETIT CADEAU A FAIRE SANS SE DEPLACER A UN AMI A QUI VOUS VOULEZ DU BIEN QUE VOUS SOYEZ A PEKIN, QUITO OU LISBONNE.

SACRES CARACTERES! A l’épreuve des comportements difficiles

Mercredi 5 septembre 2012

Lundi 10 septembre de 12h15 à 14h00, je serai l’invité de Dominik Jako dans son émission « de vous à moi » sur la radio Web d’Avignon osmose-radio.fr où elle invite régulièrement des professionnels du bien être et de la santé pour faire le point sur des aspects très concrets de problèmes de la vie courante.

Les thèmes que je développerai seront :

1. « A l’épreuve des comportements difficiles, compliqués et autres empoisonneurs de la vie quotidienne et professionnelle ».

Ceci fera suite à l’émission de juin où j’étais déjà intervenu sur les gens difficiles tels que les agressifs et les pervers narcissiques.

Cette fois, je parlerai des comportements des pessimistes et insatisfaits chroniques, ceux et celles qui s’excusent continuellement et qui en deviennent très agaçants, ceux et celles qui sont toujours d’accord du moins en paroles et ceux qui ont peur de tout et de rien, ceux qui sont des obsédés du rangement etc.

Vous en connaissez, vous en côtoyez à la maison, au travail …

je terminerai par une personnalité au-dessus de tout soupçon (apparemment) :. je veux parler du « sauveur » (voir ci-dessous).

2.    Le sauveur ! ou la personne qui se sent investie pour aider les autres : celle qui veut constamment aider, faire à votre place et qui veut se sacrifier pour vous sauver dont on ne sait quel danger ou risque. Nous ne parlerons pas des sauveurs patentés (médecins, pompiers etc.) qui identifiés comme tels sont des sauveteurs authentiques.

Vous connaissez certainement ces personnes qui ne vivent que parce qu’elles s’occupent des affaires des autres avec de bons sentiments. Mais que ce comportement peut être pesant et insupportable aussi.

Si vous-même ou l’un de vos proches ( conjoint, ado, parents…) êtes confrontés à ce type de comportements ponctuels ou continus, merci d’apporter votre éclairage et/ ou poser des questions. Si vous êtes thérapeute, vous pouvez aussi réagir.

Cette émission se veut inter active et réclame la participation des auditeurs.

Merci de nous rejoindre par téléphone au 04 90 88 22 56 pendant l’émission, de témoigner sur notre page Facebook Radio Osmose,

et de suivre ce direct sur www.osmose-radio.fr . ou bien de m’envoyer un message sur mon e.mail guy.lesoeurs@kerux.fr

Durant les tout prochains jours, je mettrai un texte sur ces sujets sur mon blog www. guylesoeurs.com .

Une dernière remarque : le ton ne sera pas que psychanalytique ou que comportementaliste. Nous parlerons de cas pratiques.

A très bientôt sur www.osmose-radio.fr

Guy Lesoeurs

Psychanalyste

Master 2 Psychologie

DU Psychiatrie transculturelle, Médiation, Anthropologie Médicale

Praticien Psychophysiocommunication (TCC)

Cabinet Professionnel (depuis le 1° septembre 2012)

Chemin des deux bessons

13520 LE PARADOU

04 90 18 24 43

06 5030 09 80

Merci Philippe Grimbert…

Lundi 23 avril 2012

Je viens de lire l’excellent livre de Philippe Grimbert qui vient de paraître chez Grasset « Avec Freud au quotidien ». Une mise au point de bon sens ou comment la psychanalyse peut elle nous aider dans notre vie. Mise en parallèle avec le dossier du Nouvel OBS.

« Feu sur la psychanalyse », le très récent dossier intitulé du Nouvel OBS et le forum de discussion qui a suivi sur la Toile nous indique que la psychanalyse et les psychanalystes, sans le vouloir, sont encore capables de faire vendre du papier à défaut d’augmenter le nombre de leurs analysants.

On peut se demander ce que les psychanalystes sont allés faire dans la galère du « dogme –autisme ». La question est venue à la faveur (sic) de la position de l’H.A.S. Le débat masque en fait tout autre chose. Il est de mode qu’à chaque mention d’une pathologie psychique quelle qu’elle soit, les médias réactivent le vieux combat, psychanalyse, psychothérapie, TCC, psychiatrie, pharmacologie, neurones, etc. comme si le feu couvait et se ravivait .

C’est une forme de catharsis ou mieux d’exorcisme continuel que les écrivains de toute plume, phi ou psy accompagnés dans leur croisade par les chroniqueurs manipulent et nous livrent en pâture. Cette manne est régulièrement ré-ensémencée par les fantasmes de bonne conscience hypocrite d’éclairage d’un public (intellectuel) prompt à s’enflammer. Ainsi le titre du dossier « feu sur la psychanalyse » en dit long (feu) sur la partie engagée.

Comme si le déni de l’inconscient par ses détracteurs les soulageait de l’angoisse de ne pouvoir pénétrer dans ce monde qu’ils ont présent, passé et futur au plus profond d’eux-mêmes. Comme un remède contre le vertige abyssal de leur objet manquant ou le vestige primordial de leur sein maternel dont ils nient l’influence.

A chaque tour de manège, la psychanalyse semble y perdre quelques plumes mais comme un phénix…

Encore une fois, c’est la dichotomie, le clivage, l’opposition orchestrée entre les TCC ou thérapies « coco » (pour cognitivisme et comportementalisme) et la cure psychanalytique, entre le travail en surface, plutôt symptomatique et en tout cas bref et celui de la recherche en profondeur, celle de l’archéologie de l’inconscient. De la pelure d’oignon ou du Moi-peau (Didier Anzieu), préfère-t-on l’ablation et le décapage de la première couche – laquelle  cicatrise sans doute mais avec bourrelets et adhérences- et qui, souvent, laisse à vif la peau psychique sous la pommade anesthésiante du reconditionnement ou bien la plongée sans bouteille mais bien accompagné, au risque de retrouver un sens oublié.

Mais foin de discussion, avant que le feu contagieux ne prenne pour soit–disant (soi-disant) purifier les concepts et lever l’angoisse du vide ….

Le livre de Philippe Grimbert, psychanalyste, plein d’usage et raison, permet de réfléchir de manière saine à la psychanalyse, de souligner son intérêt et de la positionner encore une fois à sa place. Intitulé « Avec Freud au quotidien » (Editions Grasset, 2012) le contenu de cet ouvrage définit très exactement et d’emblée l’objectif et la pratique analytique, comme Philippe Grimbert l’exprime dans ses premières phrases.

Extraits :

« Longtemps je me suis allongé de bonne heure…sur le divan de mon psychanalyste. … j’y ai revisité mon histoire, convoqué le plus intime de moi-même à travers mes actes manqués, mes dérapages ou mes ratés et compris quelle motivations inconscientes dirigeaient ma destinée, plus sûrement que ma volonté, plus sûrement encore que ma conscience. Ainsi je me suis peu à peu affranchi des inhibitions, de la culpabilité dont j’ai hérité, de ces empêchements, de ce qui nous tient et nous mène …parfois à notre perte ».

Philippe Grimbert poursuit sur le délicat de « guérir ou pas guérir, c’est bien la question » : « Si guérison veut dire, comme dans le discours médical, éradication des symptômes, je ne suis pas sorti guéri de c e voyage mais, bien mieux, j’ai appris à faire avec mes failles et à transformer mes faiblesses en force, en créativité ».

La créativité, voilà le mot qui en dit long et c’est, pour moi, le foyer incandescent de la psychanalyse : se créer pour advenir au monde en tant que sujet. Merci Philippe Grimbert.

A suivre…

Guy Lesoeurs

Psychanalyste, Master²psychologie

Avec Freud au quotidien

DU CALME ! Eloge de l’assertivité en ces périodes agitées

Jeudi 22 mars 2012

Volcan Tungurawa, Equateur, 2010

Du calme ! Est-ce une injonction, une prière ? ou bien ce titre veut-il dire « à propos du calme » et serait-ce un essai sur la zénitude? Les deux, mon capitaine !

Le point d’exclamation ferait plutôt pencher la balance du côté de l’ordre donné : un peu comme le balladurdisme (sic) « je vous demande de vous arrêter ! ». Il est des phrases célèbres comme la pourtant très banale expression « Au revoir » de Giscard, président puis académicien ou le ressassé et authentique « casse-toi, pauv’ con ! » d’un président aujourd’hui candidat qui nous a donné la nostalgie des cours de récré des Copains d’avant. Des phrases qui sonnent comme des clairons et qui ont fait les manchettes des journaux . Citons entre autres : « J’accuse » de Emile Zola etc.

Les titres des livres éclatent et donnent à penser grand, haut et fort. Jugeons plutôt sur pièces.

Est paru « Indignez-vous » (Indigène Editions, Montpellier 2010) de Stéphane Hessel qui a eu l’heur de plaire aux foules. Vient de paraître un petit livre rouge sang de taureau « Révoltons nous…bon sang ! » (Icône-Editeur, Arles, 2012 ) de Fred Oberson, notre ami le Suisse-Provençal qui cultive son jardin et ses olives.

Alors que Fred me l’offrait, sur la place de Maussane, il ya une heure seulement, j’ai eu la furieuse envie de commettre, moi aussi, un ouvrage qui ne soit pas une antithèse mais une prière pour installer plus de calme en soi et chez les autres. Une sorte d’anti-stress qui fonctionnerait dès les premiers signaux faibles, les premières alertes d’une attaque de panique. Voilà le projet… J’y mettrai forcément un peu de ma pratique de psychothérapeute. J’y parlerai du stress et de la motivation, de la respiration de l’âme, de la détente et surtout de la posture mentale qui permet de relativiser et de prendre du recul: la fameuse position méta ou de décentrage apprise de mes Amis de la clinique transculturelle de l’Hôpital Avicenne à Bobigny e que nous avons mise en scène dan s le film « Le Frère venu d’ailleurs, don d’organe et communication transculturelle«  (Dr T. Ferradji & G. Lesoeurs, 2009)  .

Lassertivité en sera le fil bleu. En langue française cela veut dire : la force tranquille, ex-slogan électoral de l’homme à l’écharpe rouge et au chapeau noir, bruantesque en diable ou mieux « Calme en avant et droit » comme la devise du Cadre Noir de Saumur inscrite dans les manèges d’équitation. En fait, mon concept est le retour à la maîtrise de soi, à la réflexion et à la relativité des choses. Il y aura aussi des mots sur l’hyperzapping.

Et puis un jour, cher Fred, nous ferons un débat entre ta saine révolte et mon calme non olympien quand tu voudras… mais attends un peu. Il y a encore pas mal de grumeaux dans la pâte de mon gruyère, il faut que le pétrisse encore, que je rende ma copie et que j’en parle à mon éditeur. Disons 70 pages et une couverture bleue. Et un prix très modique comme ton livre.

Après l’indignation et la révolte qui sont dans toutes les têtes, le calme s’installera à la portée de toutes les bourses. Je demanderai un remboursement par la caisse maladie et les mutuelles. Après tout, c’est logique et cela vaut bien un Lexomil.

Guy Lesoeurs

Psychanalyste, Coach

PS 1
je viens de constater que mon titre était déjà pris!

Un livre de psy a été écrit : Du calme ! : Comprendre et gérer l’enfant hyperactif par Théo Compernolle, Théo Doreleijers, Marie-Christine Mouren-Siméoni

Un article par J.M. Baylet sur http://www.jeanmichelbaylet.fr/2012/03/01/du-calme/ s’intitule aussi « du calme! »

Alors je vais changer pour Calmos mais c’est le titre d’un film de B. Blier en 1976. Attention! je vais bientôt le perdre, mon calme ou le titre! A choisir je garde le titre…

A propos, Fred, un livre de Lalanne a le même titre que le tien et il y a même un site révoltons-nous mais bon sang, mais c’est bien sûr! et c’est la différence, entre autres car ton livre est puissant et bénéfique et tu gravis la pente de nos Alpilles avec un pas si sûr. Hommage à toi donc!